Biographie

Hélène DehautBiographie professionnelle

Lorsque le moment de choisir un métier est arrivé, c’est celui de bibliotechnicienne qui m’a semblé une ligne de vie intéressante. À l’adolescence, les livres, particulièrement les romans, et les documentaires, étaient le fruit d’une fascination intense. Que de choses à découvrir! Il me semblait qu’une vie entière ne suffirait pas à emmagasiner toutes les connaissances présentent dans les rayons des bibliothèques. Cependant, la vie offre parfois des revirements inattendus. Et ce n’est pas tout à fait comme ça que les choses se sont déroulées.

Je n’ai pas travaillé longtemps en bibliothèque. J’ai assez rapidement découvert que j’avais besoin d’un public pour vraiment être pleinement heureuse. J’ai donc bifurqué vers les librairies. C’était l’idéal! Je nageais dans les livres et je pouvais conseiller les clients, leur faire découvrir de nouvelles choses. Je lisais beaucoup et j’avais le bonheur de recommander des titres presque des Piqûre-Lectures. J’ai gravi les échelons, de commis, je suis devenue gérante, puis responsable des achats. J’avais le plaisir de rencontrer les représentants et de choisir les titres qui feraient l’objet de toutes mes attentions, mes livres chouchous. À force de parler avec les représentants, j’ai assez vite pris le goût de faire comme eux. De fil en aiguille, le besoin de voir le pays s’est imposé. Je voulais relever ce défi. Et combiner tous mes intérêts : les livres, les voyages et les contacts. J’en ai eu l’occasion en 1980.

Une autre vie, encore plus palpitante a ainsi commencé. À l’époque, mon métier se nommait représentante pédagogique. Je me promenais d’école en école et de commission scolaire en commission scolaire pour présenter des méthodes d’apprentissage de lecture et d’écriture, et également présenter les titres extraordinaires des éditions Larousse et ceux de l’École des Loisirs, alors une jeune maison d’édition au futur remarquable! Comme vous le voyez, j’ai débuté dans le milieu avec la qualité… Doucement, tout doucement, j’ai commencé à rencontrer d’abord des enseignants, ensuite des conseillers pédagogiques et enfin des bibliothécaires. Un jour, au cours d’une rencontre particulièrement animée [lorsque je présentais mes romans de la collection Médium, dont je raffolais, j’y mettais tout mon cœur], la bibliothécaire m’a suggéré de venir rencontrer les élèves du secondaire. En premier, j’ai refusé. La bibliothécaire a dû employer les bons arguments, puisque j’ai accepté. Imaginez, rencontrer des élèves de 3e secondaire! Quelques personnes m’ont trouvée très courageuse… J’étais un peu nerveuse, mais tout s’est bien déroulé. Une grande première ! Puis, c’était parti! Les animations en lecture étaient nées! J’étais alors à la Polyvalente Sainte-Thérèse et la bibliothécaire était Louise Paquin. Merci encore, madame Paquin!

Pendant quelques années, les animations de lecture étaient sporadiques. J’ai changé d’emploi, d’employeur. De représentante pédagogique, je suis devenue déléguée pédagogique. Ce n’est que de nombreuses années plus tard que j’ai repris cette activité et que je l’ai baptisé Piqûre-Lecture. Il est indéniable que cette activité répond à un grand besoin. La première année, j’ai rencontré près de 6 000 élèves. La deuxième, j’en ai vu 9 000. Ensuite, j’en rencontrais entre 12 000 et 13 000 élèves dans une année scolaire. Que de bonheur! Pleins de belles rencontres…

J’ai pris ma retraite de la représentation en juin 2014 dans un but bien précis : me consacrer entièrement aux Piqûres-Lectures. Il est rare pour une personne de trouver exactement le métier, l’activité, la direction que doit prendre sa vie. Pour moi, c’est clair comme de l’eau de roche : donner le goût de lire aux ados. C’est mon talent, c’est ma vie. Je vais m’y employer aussi longtemps que ma santé va me le permettre.

Alors, on se voit bientôt?

Hélène Dehaut